Rachat de crédit : Qu’en est-il de la profession libérale ?

Le rachat de crédit pour les Martiniquais en profession libérale

Vous exercez une profession libérale en Martinique et votre endettement ne vous permet pas de réaliser vos projets ?

Vous pouvez dès maintenant diminuer vos mensualités pour voir l’avenir plus sereinement ou pour financer de nouveaux projets. Faire racheter ses crédits, peu importe leur nature (crédit conso ou prêt immobilier) est intéressant pour un particulier qui travaille en libéral.

Profession libérale : le fonctionnement d’un regroupement de crédit

Les personnes exerçant une profession libérale sur l’île peuvent tout à fait effectuer une demande de rachat de crédit. Le rachat de crédit est un opération bancaire par laquelle un établissement financier prend en charge le remboursement de toutes les dettes accumulées par une particulier.

Les anciens prêts sont regroupés en un seul et unique emprunt, remboursable sur une nouvelle durée et avec une nouvelle mensualité qui peut être moins élevée.

Le regroupement peut inclure des crédits immobiliers et des crédits à la consommation.

Pourquoi faire racheter des crédits conso et immo ?

En Martinique, le regroupement de prêt est souvent utilisé dans le but de baisser son endettement. C’est une solution efficace pour maîtriser son budget plus facilement.

Tout le monde peut être confronté à un malendettement, même les personnes qui exercent une profession libérale. Un professionnel libéral ne perçoit pas de salaires réguliers et n’a pas de contrat de travail stable. D’un mois à l’autre, il peut gagner du simple au double. Avoir des mensualités de remboursement trop importantes peut être risqué. Le rachat de crédit trouve ainsi toute sa cohérence. Avoir un co-emprunteur, en CDI ou fonctinnaire est un véritable atout pour son dossier.

 

Exemple de rachat de crédit pour les professionnels libéraux

Monsieur et Madame D. sont propriétaires en Martinique. Monsieur exerce une profession libérale et perçoit, en moyenne 3 400 € par mois.

Soumis à diverses taxes et à d’autres frais relatifs à la profession libérale qu’il exerce, il a été en difficulté financière au début de l’année. Par peur de ne pas réussir à remonter la pente à cause de ses 2 crédits qu’il doit rembourser chaque mois, le couple s’est tourné vers Keyliance-Antilles.

Le taux d’endettement du couple n’était pas particulièrement élevé avant le regroupement. Toutefois Monsieur et Madame D. ont quand même bénéficié d’un gain sur mensualité de 560 euros.