Le secteur du rachat de crédits dans les DOM, attention aux arnaques !

Rachat de crédits dans les DOM : attention aux arnaques !

par | 23 Sep 2016

Simulez votre projet !

rapidement, gratuitement et sans engagement.

La dernière étude a DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) a révélé de nombreuses infractions de la part d’acteurs du crédit et du rachat de crédit mal intentionnés.

Un nombre d’intermédiaires spécialisés en hausse

L’enquête de la DGCCRF révèle deux choses importantes sur le marché du rachat de crédit.

D’une part les banques traditionnelles sont en retrait sur ce secteur comparées aux opérateurs spécialisés tels que les courtiers en ligne. En effet, l’activité du rachat de crédit se caractérise par une forte présence d’intermédiaires. D’une autre, certains grands groupes bancaires français tendent à être présents sur ce secteur par le biais de leurs filiales.

Un taux d’infractions élevé de la part des intermédiaires

Les infractions relevées portent généralement sur la publicité et la mise en place de pratiques commerciales trompeuses. En effet, certains acteurs du rachat de crédit utilisent des mentions interdites telle que la phrase “Augmentez votre pouvoir d’achat”.

Dans une autre forme de tromperie, d’autres mentent sur le coût réel du crédit en omettant, par exemple, d’inclure le coût de l’assurance dans leurs offres, le but étant de paraitre moins cher que leurs concurrents.

Toujours d’après l’enquête de la DGCCFG, des anomalies ont été relevées en matière de démarchage. En effet, parfois, le montant de l’endettement est faussé dans le dossier du client afin que les prêteurs acceptent une demande qu’ils auraient refusé en temps normal.

Les enquêteurs ont également souligné la remise tardive à l’emprunteur de la Fiche d’Information Pré-contractuelle Européenne Normalisée (FIPEN). Ce document reprend les caractéristiques principales du rachat (TEG, frais de dossier…) et s’avère précieux pour comparer les offres entre elles.

Même si l’activité du rachat de crédit génère peu de plaintes de la part des consommateurs. La DGCCRF reste vigilante. En effet, l’année dernière, sur 182 établissements, les enquêteurs ont relevé 28 avertissements, 7 injonctions et 2 procès-verbaux, soit un taux d’infractions de 20%. Nous appelons donc tous les clients à ne pas se précipiter sur la première offre qu’ils reçoivent.

Sourceseconomie.gouv.fr